Sun is shining, the weather is sweet

Parigi può essere una città che tiene vivo il desiderio come quando hai vent’anni e hai solo desiderio.

Vi faccio qualche esempio : dopo una giornata in ufficio, vado al Pompidou dove c’è il Nouveau Festival, un festival di arti miste dedicato all’oblio e alla memoria. Posso stendermi sulle poltrone e vedermi un video a dimensioni enormi. Finisco vicino a una strana signora che scoppia a ridere per ogni cosa che vede… Mi guardo un episodio di video-danza dell’interprete congolese Faustin Linyekula, dove con movimenti accennati e solo suggeriti ricrea una danza collettiva di cui si ricorda i passi e le sensazioni. A un certo punto dice che La foresta riprende i suoi diritti, “La forêt reprend ses droits”, mentre lui danza con il passato.

 

In un altro video, “The space in back of you” sul rapporto tra Bob Wilson e la sua collaboratrice e coreografa giapponese Suzushi Hanayagi, con musica di David Byrne, la protagonista afferma che “Lo Spazio dentro di te è più importante dello spazio davanti a te”, e fa altre riflessioni sulla memoria del corpo, sul fatto che la danza è ripetere e interpretare i passi che abbiamo imparato / ci hanno insegnato, o quelli che hanno fatto altri prima di noi.

 

Anche nella vita eseguiamo un mimo degli altri e di quello che abbiamo imparato ? Se siamo delle danze collettive di storie che sono inscritte in noi, che storia porta in sé, ad esempio, la Résidence Super-Italie – a parte quella volta in cui passandoci davanti per tornare a casa, ho trovato la scritta in gesso per terra : “Les fourrures sont pour les salopards” (le pellicce sono per gli stronzi), con una bella freccia verso l’entrata del palazzo – ? Il progetto di una città costruita per essere perfetta ?

 

Su una cosa sono d’accordo : nella vita quotidiana, abbiamo bisogno di dimenticare. Lo spazio insufficiente, i manghi mai maturi. E di salire ogni tanto sul treno fantasma di Charles Meaux, un’installazione di video e musica con paesaggi ricorrenti, che mi ha dato una certa calma, difficile spiegare perché.

Parigi aiuta a dimenticare il tempo e insieme a ricordare. In particolare, quando tutto diventa assurdamente rosa come da marzo in poi, provate ad andare a piedi da Gambetta al Père Lachaise, tra motociclette e bici, auto scassate, franco-africani, donne coi passeggini, i passages stretti, qualche murales, i ristoranti asiatici con le insegne al neon viola e rosse. Da lì, tra i lampioni rossi della metro e la roulotte dell’indovino e mago Altiz, vi sembrerà che anche i sarcofagi del cimitero si allunghino per guardare fuori, e riposare negli appezzamenti abbandonati con due girasoli ; allora andate al Marché d’Aligre, e poi, quando arriva una certa ora del giorno, guardate la luce che si riflette sull’Ile Saint Louis e tutto si scioglie e diventa beige, del colore di una pietra calda, e sentite questo calore che vi ritorna, sotto i ventri bianchi delle rondini. Osservate i due rami della Senna che si dividono, e camminate sotto gli archi di Avenue Daumesnil, e guardate dentro il café Le Téméraire, per vedere se per caso oggi è passato Jodorowski.

 

E’ in quei momenti che la mente si apre, ho voglia di lanciare borse e zaini nel vuoto, o giù, nei binari assurdi e inutilizzati che appaiono inaspettatamente, e mi chiedo se c’è una sensazione che corrisponda a una città. E poi, quello che offre una città coincide con quello che può offrire la vita ?

 

Le giornate si allungano, arriva il sole, esco di casa e c’è qualcuno in ciabatte, qualche asiatico allegro che è appena stato al mercato, al banco delle frutta e verdura si parla in italiano, che i più giovani si sono fatti le ossa nei mercati in Italia e si parlano dicendo “Più veloce”…

E Parigi con il sole ti offre sempre nuovi percorsi da esplorare.

Uno di questi è la Petite Ceinture, una strada ferrata che gira tutto intorno a Parigi, ormai chiusa, che stanno bonificando un po’ alla volta. Ce n’è un pezzo anche sotto casa mia, e al Parco Mont-Souris, ma impercorribile. Ma se volete c’è un tratto che unisce il parco Georges Brassens al Parc André Citroën. Ed ecco, vi racconto il viaggio surreale di quel giorno : ammiro il campanile e gli alveari del parco Georges Brassens, con i suoi sentierini labirintici e la sua piazza invitante, prendo l’imbocco dei vecchi binari, e ragazzi, ho visto (e fotografato) il custode dei tunnel che ha le chiavi della galleria misteriosa che non si sa cosa c’è dentro !

 

E poi dopo aver imparato qualche nome di fiore e pianta dai cartelli didattici, dopo circa un km entro in una delle numerose zone irreali e futuristico-geometriche di Parigi : il parc André Citroën. File dritte di alberi, un prato per ora inagibile, specchi d’acqua rettilinei, la mongolfiera che va su e giù e l’ospedale-grattacielo davanti che riflette la luce. Questo posto racchiude uno strano magnetismo, forse è la Torre Eiffel non distante, che manda le sue onde.

 

Faccio una passeggiata costeggiando il muretto su cui sono tutti seduti, e li ascolto parlare uno ad uno, man mano che avanzo, come i pensieri ad alta voce nei film di Godard. La bellezza diffusa di questa città, quando ti sembra d’essere in un quadro, o l’attore di un film con una scenografia bellissima attorno.

 

Sun is shining, the weather is sweet

Paris peut être une ville qui maintient en vie le désir comme quand on a vingt ans et on n’a que le désir.

Je vous donne quelques exemples : après une journée au bureau, je vais au Pompidou où il y a le Nouveau Festival, un festival des arts dédié à la mémoire et l’oubli. Je peux m’allonger sur les chaises et regarder une vidéo sur un écran géant. Je me retrouve à côté d’une femme étrange qui rit à tout ce qu’elle voit… Je regarde un épisode de vidéo-danse par l’interprète congolais Faustin Linyekula, où il recrée une danse collective de son village par des mouvements à peine esquissés. A un moment donné, il dit que “La forêt reprend ses droits” alors qu’il continue à danser avec le passé.

 

Dans une autre vidéo, “The space in back of you” sur la relation entre Bob Wilson et sa collaboratrice et chorégraphe japonaise Suzushi Hanayagi, avec la musique de David Byrne, le protagoniste affirme que « Notre espace intérieur est plus important que l’espace devant nous », et réfléchit sur la mémoire du corps, sur le fait que la danse soit répéter et interpréter les chorégraphies que nous avons apprises, ou celles qui ont fait d’autres avant nous.

 

Même dans la vie nous effectuons un mime des autres ou de ce que nous avons appris ? Si nous sommes une danse collective d’histoires qui sont inscrites en nous, quelle est l’histoire que porte en elle-même, par exemple, la Résidence Super-Italie – sans compter la soirée où j’ai trouvé écrit à la craie sur le sol : “Les fourrures sont pour les salopards “, avec une belle flèche vers l’entrée de l’immeuble – ? Le projet d’une ville construite pour être parfaite ?

Je suis d’accord sur le fait que dans la vie quotidienne, l’oubli est indispensable. Il faut oublier. L’espace insuffisant, les mangues jamais mûres. Et parfois, monter dans le train fantôme de Charles de Meaux, une installation de vidéo et musique avec des paysages récurrents, qui m’a donné un certain calme, mais c’est difficile de vous expliquer pourquoi.

Paris aide à oublier le temps et, en même temps, à se souvenir. En particulier, quand tout devient absurdement rose à partir de Mars, marchez de Gambetta au Père Lachaise, entre les motocyclettes et les bicyclettes, les voitures accidentées, les femmes avec des poussettes, les franco-africains, les passages étroits, les peintures murales, les restaurants asiatiques avec les néons violets et rouges. De là, sous les réverbères rouges, où il y a la caravane du mage Altiz, il vous semblera que même les cercueils au cimetière s’allongent pour jeter un œil dehors, et se reposer dans les parcelles abandonnées avec deux tournesols ; ensuite allez au Marché d’Aligre, et puis regardez la lumière qui se reflète sur l’Ile Saint Louis et tout fond et devient beige, comme la couleur d’une pierre chaude, et sentez cette chaleur qui vous rejoint, sous les ventres blancs des hirondelles. Regardez les deux bras de la Seine qui se divisent, et marchez sous les arcades de l’avenue Daumesnil, et regardez à l’intérieur du café Le Téméraire, pour voir si, aujourd’hui, par hasard, Jodorowsky est là.

 

Et dans ces moments, l’esprit s’ouvre, j’ai envie de jeter les sacs et les sacs à dos dans le vide, ou vers un étrange chemin de fer en bas, qui apparait de temps en temps de façon inattendue, et je me demande si il y a un sentiment qui correspond à une ville. Et puis, celui qui offre une ville coïncide avec ce que la vie a à nous offrir ?

La nuit tombe toujours plus tard, le soleil vient, je quitte la maison et il y a quelqu’un dans ses tongs, certains asiatiques gais sont allés au marché. Au banc des fruits et légumes, on parle en italien, parce que les plus jeunes ont déjà travaillé en Italie et ils disent “Più veloce” (plus rapide)…

Et Paris ensoleillé offre toujours de nouveaux chemins à explorer.

L’un d’entre eux est la Petite Ceinture, un chemin de fer qui court tout autour de Paris, maintenant fermé, qu’on est en train de bonifier petit à petit. A côté de chez moi et du parc du Mont -Souris, il y a deux segments mais ils sont impraticables. Mais si vous voulez , il y en a un praticable qui relie le parc Georges Brassens au parc André Citroën. Et alors, je vous raconte le voyage surréaliste de ce jour-là, quand je l’ai parcouru : j’admire le clocher et le rucher du Parc Georges Brassens, avec ses petits chemins labyrinthiques et sa place agréable, je prends l’entrée de la Petite Ceinture, et, les gars, j’ai vu ( et photographié ) le gardien qui détient la clé du tunnel mystérieux qu’on sait pas ce qu’il y a dedans !

Et après avoir appris quelques noms de fleurs et de plantes par des panneaux didactiques, après environ un kilomètre, je me trouve dans l’un de nombreux lieux irréels et futuriste-géométriques de Paris : le Parc André Citroën. Lignes droites d’arbres, une pelouse encore inutilisable, les étangs rectilignes, la montgolfière qui monte et descend et l’hôpital-gratteciel juste en face qui reflète la lumière. Cet endroit transmet un étrange magnétisme, peut-être que c’est la Tour Eiffel, pas loin de là, qui envoie ses ondes.

 

Je fais une promenade le long de la paroi sur laquelle tout le monde est assis, et je les écoute parler, un après l’autre, à fur et à mesure que j’avance, avec un effet qui rassemble aux pensées à haute voix dans les films de Godard. Et enfin, voilà, la beauté répandue de cette ville, où on dirait d’être dans un tableau, ou l’acteur d’un film avec un décor merveilleux tout autour.

Paris | marzo 13, 2018

Lascia un commento

error: